dimanche 13 août 2017

Venezuela : les États-Unis "financent le secteur violent de l’opposition" pour "déstabiliser le gouvernement"


« Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France a estimé vendredi, sur franceinfo, que les États-Unis "financent le secteur violent de l’opposition" pour "déstabiliser le gouvernement" parce qu’il a "un point de vue et un modèle différent de celui prôné par les États-Unis et l’Union européenne" » rapporte Comité Valmy dans un article du 13 août 2017 à lire ci-dessous.

Bonne lecture

____________oooo__________


Venezuela : l’ambassadeur en France dénonce l’ingérence des États-Unis qui "financent et stimulent la violence pour déstabiliser le gouvernement"  
dimanche 13 août 2017, par Comité Valmy
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8880

Venezuela : l’ambassadeur en France dénonce l’ingérence des États-Unis qui "financent et stimulent la violence pour déstabiliser le gouvernement" 

Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, estime que le gouvernement américain encourage les violences anti-Maduro dans son pays car ce dernier prône "un modèle de développement différent" de celui des États occidentaux.
 
Le président du Venezuela Nicolas Maduro a annoncé dans la nuit du jeudi au vendredi 11 août qu’il voulait une discussion avec Donald Trump au sujet de la crise qui secoue actuellement le pays sud-américain. Il souhaite que cette discussion ait lieu par téléphone ou qu’elle se fasse à New York à l’occasion de l’assemblée générale des Nations unies le 20 septembre. Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France a estimé vendredi, sur franceinfo, que les États-Unis "financent le secteur violent de l’opposition" pour "déstabiliser le gouvernement" parce qu’il a "un point de vue et un modèle différent de celui prôné par les États-Unis et l’Union européenne."

franceinfo : Pourquoi Nicolas Maduro dit-il que les Etats-Unis sont responsables de ce qui se passe au Venezuela ?

Héctor Michel Mujica : Depuis l’arrivée au pouvoir du président Chavez, le Venezuela a une politique de ressources naturelles et d’indépendance sur le plan international. Les États-Unis ont toujours fait comprendre aux nations de l’Amérique latine que si elles n’acceptaient pas leur point de vue, elles seraient foutues. Ils financent le secteur violent de l’opposition. Ils financent et stimulent la violence au Venezuela. Toutes les déclarations de Donald Trump sont faites pour déstabiliser le gouvernement.

Le problème n’est-il pas que le Venezuela a une économie basée uniquement sur le secteur pétrolier ?

On a investi dans le secteur industriel et agricole. On sait que le modèle rentier ne peut plus continuer. On attaque un pays parce qu’il a un point de vue et un modèle de développement différent de celui prôné par les États-Unis et l’Union européenne. Si c’était vraiment une dictature déguisée en démocratie comme c’est souvent reproché, quelles seraient les raisons qu’aurait une bonne partie de l’opposition de participer aux élections régionales à la fin de l’année ? S’ils sont élus, c’est parfait. Sinon ils crient à la fraude. C’est une guerre sur tous les fronts. Il y a des problèmes dont on ne se rend pas compte. Le Venezuela a payé sa dette mais tous les crédits internationaux sont fermés. Les agences de notations augmentent les taux d’intérêts pour nous empêcher de faire des emprunts.

Certaines personne attendaient plus et sont déçus que le changement n’arrive pas ?

Il y a eu beaucoup de changements. Il y a eu une révolution et un changement radical des institutions. Tout ce qui passe au Venezuela s’est déjà passé au Nicaragua ou à Cuba pendant l’embargo économique. Les guerres civiles provoquées de l’étranger servaient à empêcher un modèle de développement économique plus juste et plus humain.

L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a proclamé Jérusalem-Est capitale de la Palestine

« Réunie mercredi pour un sommet extraordinaire à Istanbul, l'Organisation de la coopération islamique (OCI) a proclamé Jérusalem-Est c...