dimanche 13 août 2017

« Save the Children » et « Poractiva Open Arms » se sont retirées dans les eaux internationales



« Le retrait du navire de MSF, qui continuera désormais sa mission en assurant la logistique et l'assistance sanitaire sur le navire Aquarius de SOS Méditerranée, à partir des eaux internationales, fait suite à plusieurs initiatives similaires entreprises par d'autres organisations. Le Vos Hestia de «Save the Children» s'est par exemple dérouté sur l'île italienne de Lampedusa et l'ONG espagnole «Proactiva Open Arms» a annoncé se préparer à repartir, selon l'AFP » rapporte RT dans une brève du 12 août 2017 à lire ci-dessous.

[Defend Europe]
➤ L’ONG Médecins sans frontières jette l’éponge, Defend Europe la félicite !
L’annonce est tombée hier soir. Médecins sans frontières suspend ses opérations en Méditerranée, où elle était une des huit ONG actives. Cette décision est motivée par l’interdiction faite depuis 48 heures aux bateaux étrangers de naviguer dans les eaux



Bonne lecture

___________oooo___________

MSF suspend l'activité de son plus gros navire en Méditerranée, «Defend Europe» félicite l'ONG

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé la suspension de l'activité du Prudence, le plus gros navire de secours aux migrants en Méditerranée. La marine libyenne a en effet interdit aux navires étrangers de naviguer dans ses eaux. 

L'ONG d'origine française Médecins sans frontières (MSF), a annoncé le 12 août avoir suspendu l'activité du Prudence, le plus gros navire de secours en Méditerranée (qui a pu accueillir jusqu'à 1 500 migrants à son bord), après que la marine libyenne a annoncé, le 10 août, interdire l'accès à ses eaux aux navires étrangers. Cette mesure s'adresse particulièrement aux ONG d'aide aux migrants qui patrouillent le long des côtes lybiennes, parfois si près du rivage que la terre est visible depuis les bateaux.

Bien qu'elle se soit conformée à la décision souveraine des autorités libyennes, l'ONG a vivement critiqué cette mesure par le biais de sa présidente en Italie, Loris De Filippi : «Les Etats européens et les autorités libyennes sont en train de mettre en oeuvre conjointement un barrage à la possibilité pour des personnes de chercher la sécurité. C'est une attaque inacceptable à la vie et à la dignité des personnes», a-t-elle ainsi déclaré dans un communiqué, cité par l'AFP. 

Le retrait du navire de MSF, qui continuera désormais sa mission en assurant la logistique et l'assistance sanitaire sur le navire Aquarius de SOS Méditerranée, à partir des eaux internationales, fait suite à plusieurs initiatives similaires entreprises par d'autres organisations. Le Vos Hestia de «Save the Children» s'est par exemple dérouté sur l'île italienne de Lampedusa et l'ONG espagnole «Proactiva Open Arms» a annoncé se préparer à repartir, selon l'AFP.

Les identitaires ravis du retrait du navire de MSF

Le groupe opposé à l'immigration Génération identitaire, à l'origine du projet «Defend Europe», a applaudi la décision de l'ONG (une des huit actives dans la région selon le groupe), sur sa page Facebook : «Médecins sans frontières s’est donc enfin rendu à l’évidence. Les opérations sauvages en Méditerranée n’ont rien d’humanitaires», pouvait-on notamment y lire.

Le navire C-Star, affrété par les identitaires grâce à un financement participatif, croise dans les mêmes zones que les ONG. L'objectif des identitaires est de raccompagner sur le continent africain les migrants recueillis en mer, mais aussi de surveiller les bateaux des ONG qu'ils accusent d'être complices des passeurs et du trafic d'être humains.
L'Italie a vu débarquer plus de 600 000 migrants depuis 2014 sur ses côtes, la plupart ayant transité par la Libye. Le gouvernement italien collabore activement avec Tripoli et l'ONU pour tenter de limiter l'afflux migratoire.

De son côté, le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est de la Libye qui revendique le contrôle des trois quarts du pays, s'est dit prêt à endiguer le flux migratoire aux frontières de son pays, précisant qu'il lui manquait toutefois les moyens financiers pour le faire, et qu'il avait donc besoin de l'aide de l'Union européenne.

Un Su-35S est apparu, le F-22 s’est retiré

«… le 23 novembre, deux avions d’attaque russes Su-25 étaient en mission pour détruire un bastion terroriste lorsqu’un F-22 américain es...