mardi 16 mai 2017

Macron, renouvellement et recomposition ou destruction par le vide ?



Il est possible que peu de gens se rendent vraiment compte de ce qui se passe actuellement en France avec l’arrivée de Macron au pouvoir en particulier parce qu’ils sont aveuglés par le sur-jeu médiatique du nouveau président pour incarner une fonction présidentielle qui l’élève(rait) au-dessus du commun des mortels. Son intronisation ressemble plus au sacre d’un roi, voire d’un empereur, qu’à celle du président « normal » qu’a voulu incarner son prédécesseur, Hollande, qui était déjà une forme d’autodestruction du pouvoir politique. 

Avec Macron, ce pouvoir politique est complètement remplacé par une sorte de pouvoir médiatico-théâtral illusionniste pour masquer le vide qui fait dorénavant office de fonction présidentielle. C’est ce que certains observateurs pointent du doigt en relevant la part de mystère qui entoure Macron dans le sens où l’on ignore qui décide quoi et comment cela fonctionne. 

La façon dont a été choisi et nommé le Premier ministre illustre exactement ce phénomène. Edouard Philippe sort pour ainsi dire de nulle part et ne représente pas grand-chose d’autre que lui-même c’est-à-dire une immense interrogation : pourquoi lui ? Certains avancent l’idée qu’en tant que très proche de Juppé, c’est une façon pour Macron de diviser encore davantage la droite, ou ce qu’il en reste. Supposons. Mais pourquoi nous parle-t-il alors d’ouverture pour mieux rassembler ?

Tout ce qui se passe en France depuis le début de la campagne présidentielle et qui va se prolonger jusqu’aux prochaines législatives est tout le contraire d’un renouvellement ou d’une recomposition du paysage politique français. En effet, ce nouveau paysage politique ressemble bien davantage à un paysage ravagé par une guerre, à un champ de ruines, a un chaos généralisé. Plus aucune institution politique ne tient debout. 

Les troupes sont décimées et remplacées par des cohortes de militants en déshérence dont le seul repère est le jeu théâtral que leur propose Macron retransmis en direct et en continu par tous les organes de presse et de communication subventionnés par l’Etat ou propriété des patrons du CAC 40. Le seul contre-pouvoir médiatique est celui des internautes mais ce pouvoir s’ignore lui-même et n’est pas structuré pour exercer un véritable rôle d’opposition. 

Cette position asymétrique ce contre-pouvoir à des actions terroristes à base de fausses rumeurs généralement sans conséquences sauf quand la presse au pouvoir et qui soutien Macron en décide autrement comme ce fut le cas, par exemple et entre autre, pour éliminer Fillon. Remarquons que la droite s’était mise d’accord pour avancer Baroin en signe de réponse à la main tendue de Macron. Ce dernier l’ignora et sorti de son chapeau Philippe. Le but de cette manœuvre n’est évidemment ni de renouveler, ni de recomposer, ni de rassembler mais de diviser pour mieux détruire par le vide.

Mis en ligne mardi 16 mai 2017 à 06 :00

Trumpisme, le suivisme européen en question

Bien qu’il soit difficile de comprendre le trumpisme tant son auteur sort des codes habituels de la politique, il semble qu’il provoque che...