vendredi 21 avril 2017

J – 2 : «nous devons opposer un mur politique et moral» au terrorisme.(Fillon)



Deuxième candidat éligible pour le second tour à s’exprimer, Le Figaro rapporte les déclarations de Fillon devant la presse ce matin :

Pour le candidat de la droite, «nous devons opposer un mur politique et moral» au terrorisme. La bataille contre ce terrorisme «doit être la priorité du prochain quinquennat». «Je maintiendrai l'état d'urgence et le contrôle aux frontières», a affirmé François Fillon, qui entend «cibler» la politique étrangère «sur la destruction de Daech».

 La réaction de Fillon est beaucoup plus prudente et retenue que celle de Le Pen puisqu’il n’envisage que de maintenir les mesures existantes, état d’urgence et contrôle aux frontières. De plus, Il n’est pas certain qu’un « mur politique et moral » effraye particulièrement les terroristes. En tout cas, dans le chef des Français, cela risque d’être un peu léger et confus.
De plus, « cibler la politique étrangère sur la destruction de Daech» sont des paroles que l’on commence à connaître de la part de nos responsables politiques et dont on ne voit pas les effets sur le terrain. Car si Daech recule et n’est plus ce qu’il était il y a quelques années, ce n’est pas vraiment grâce à l’action de la coalition menée par les USA dont fait partie la France. Cela signifie que si politique étrangère il y a (si Fillon veut vraiment détruire Daech), elle devra revoir un certains nombres de ses principes donc de ses alliances. C’est beaucoup espérer de la part de ce candidat qui a été le premier ministre de Sarkozy pendant cinq ans.
Disons, pour conclure, que Fillon évite tout dérapage à quelques heures du scrutin qui pourrait se retourner fatalement contre lui. Donc, pas d’éclat, un discours sobre et sans aspérité qui dénote une réelle responsabilité et un bon contrôle de soi dans le cadre d’une fin de campagne très serrée. Dont acte.

Trumpisme, le suivisme européen en question

Bien qu’il soit difficile de comprendre le trumpisme tant son auteur sort des codes habituels de la politique, il semble qu’il provoque che...