lundi 22 juin 2015

Grèce: pivot-russe, oui mais avec l'UE.

B220615
10:00 - Selon The Financial Times, rapporte Sputnik France, "pendant que les Etats-Unis cherchent à créer un front occidental de soutien aux sanctions anti-russes, Moscou pourrait profiter de l'occasion de désunir les alliés de Washington en Europe grâce à un possible défaut de paiement grec."


Malgré les apparences, ce n'est pas ce que souhaite Moscou qui a toujours déclaré ne pas vouloir que la Grèce sorte de l'UE. Cette position est la même que celle que la Russie défend pour le Donbass qui doit rester une partie intégrante de l'Ukraine.

C'est une position de principe, légaliste si on veut. Moscou est pour le respect du droit international et refuse d'agir comme les Américains qui saccagent tout et croient, par conséquent, que les autres font de même. Grosse erreur...
~~~~~~~~~~~~~~~~
Washington voit d’un mauvais œil le rapprochement russo-grec
Sputnik France, le 22 Juin 2015
Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 22 Juin 2015
___________***_________
 Les Etats-Unis craignent l'influence croissante de la Russie en Grèce, a rapporté le Financial Times dimanche 21 juin.
  L'accroissement de l'influence de la Russie sur ce pays membre de l'Otan,
Washington redoute les conséquences politiques de la crise économique en Grèce, une d'entre elles étant l'accroissement de l'influence de la Russie sur ce pays membre de l'Otan, lit-on dans le quotidien britannique Financial Times du dimanche 21 juin.
  Désunir les alliés de Washington en Europe
Selon le journal, pendant que les Etats-Unis cherchent à créer un front occidental de soutien aux sanctions anti-russes, Moscou pourrait profiter de l'occasion de désunir les alliés de Washington en Europe grâce à un possible défaut de paiement grec.
  La possibilité à la Russie d'accroître son influence en Grèce
"Les craintes sont basées sur le fait que l'instabilité économique qui menace d'aboutir au défaut de paiement risque de renforcer l'attitude négative des électeurs grecs envers le reste de l'Europe, ce qui donnerait la possibilité à la Russie d'accroître son influence en Grèce", fait remarquer le Financial Times.
 "un cadeau géopolitique" pour la Russie.
Selon Sebastian Mallaby, chercheur du Conseil des relations internationales (CFR), cette situation serait "un cadeau géopolitique" pour la Russie.
 La Grèce n'hésiterait pas à se tourner vers Moscou.
Le journal souligne que la visite du premier ministre grec Alexis Tsipras au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, qui s'est tenu les 19 et 20 juin, a confirmé les solides relations politiques entre le président russe Vladimir Poutine et le gouvernement grec. Elle a aussi démontré que sur fond de désaccords avec ses créanciers, la Grèce n'hésiterait pas à se tourner vers Moscou.
Vendredi 19 juin, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak et son homologue grec Panagiotis Lafazanis ont signé un mémorandum sur la coopération en matière de construction et d'exploitation d'un gazoduc connecté à Turkish Stream.

Lors d'une rencontre tenue le 8 avril, le président russe avait déclaré au premier ministre grec que Moscou était prêt à tendre la main à la Grèce si cette dernière souhaitait développer la coopération bilatérale.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

“Piquer l’ours russe” pour fournir une « base de guerre permanente légitime » avec la Fédération de Russie

« … les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne (OTAN) se retireront du sale boulot de “piquer l’ours russe” – pour t...